Recherche Google tvmountain

PUBLICITES

PARTENAIRE DE LA VIDEO

tvmountain on demand

PUBLICITES

PUBLICITES

page facebook

YOUTUBE VIMEO TWITTER



Berezina Sylvain Tesson Guérin Chamonix

Berezina Sylvain Tesson Guérin Chamonix

Ajouté le 27/12/2015 - Durée : 23:49
2999 vues

Vidéos sur le même sujet

L'homme de ma vie Yann Queffélec Compostelle malgré moi J.C. Rufin Berezina Sylvain Tesson Guérin Chamonix Des violons pour Monsieur Ingres Le Port de la Mer de Glace
[Permalien] Par TVMountain  - Partenaire : Guérin Chamonix

Décembre 2015, 20 ans des Editions Guérin à Chambéry... Berezina, Sylvain Tesson... Avec Jean-Christophe Rufin et Yann Queffélec... Animation Guy Chaumereuil... Lecture Françoise Sliwka...
Lien pratique: Berezina Sylvain Tessin Guérin Chamonix

Sylvain Tesson
L'hiver, L’aventure, l’histoire, la Russie, l’alcool...
Des fulgurances littéraires sur fond d’histoire et d’autodérision, Sylvain Tesson signe un grand texte.
Le lecteur, embarqué dans cette effraction du temps, enjambe les siècles, dans une épopée carnavalesque et réjouissante...

Résumé
En octobre 1812, littéralement piégé dans Moscou en flammes, Napoléon replie la Grande Armée vers la France. Commence la retraite de Russie, l’une des plus tragiques épopées de l’histoire humaine. La retraite est une course à la mort, une marche des fous, une échappée d’enfer.
Deux cents ans plus tard, je décide de répéter l’itinéraire de l’armée agonisante, de ces cavaliers désarçonnés, de ces fantassins squelettiques, de ces hommes à plumets qui avaient préjugé de l’invincibilité de l’Aigle. Le géographe Cédric Gras, le photographe Thomas Goisque et deux amis russes, Vassili et Vitaly, sont de la partie. Pour l’aventure, nous enfourchons des side-cars soviétiques de marque Oural. Au long de quatre mille kilomètres, en plein hiver, nous allons dérouler le fil de la mémoire entre Moscou et Paris où l’Empereur arrivera le 15 XII 1812, laissant derrière lui son armée en lambeaux.
Le jour, les mains luisantes de cambouis, nous lisons les Mémoires du général de Caulaincourt.
Le soir, nous nous assommons de vodka pour éloigner les fantômes.
Napoléon était-il un antéchrist qui précipita l’Europe dans l’abîme ou bien un visionnaire génial dont le seul tort fut de croire qu’il suffisait de vouloir pour triompher et que les contingences se pliaient toujours aux rêves ?
Mais très vite, nous devons abandonner ces questions métaphysiques car un cylindre vient de rendre l’âme, la nuit tombe sur la Biélorussie et trois foutus camions polonais sont déjà en travers de la route.

Commentaires

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • You may quote other posts using [quote] tags.

Plus d'informations sur les options de formatage

Refresh Type the characters you see in this picture.
Type the characters you see in the picture; if you can't read them, submit the form and a new image will be generated. Not case sensitive.  Switch to audio verification.