PUBLICITE

   

tvmountain.mobi

tvmountain on demand

RE-PUB

        

page facebook

VIMEO TWITTER DAILYMOTION YOUTUBE





Patrick Edlinger hommage Jean-Michel Asselin

Patrick Edlinger hommage Jean-Michel Asselin

Ajouté le 23/11/2012 - Durée : 06:19
9695 vues
Grenoble jeudi 22 novembre 2012 devant 3000 personnes. Jean-Michel Asselin rend hommage à Patrick Edlinger lors des 14èmes Rencontres du Cinéma de Montagne...
En présence de François Damilano et Yves Exbrayat...

Commentaires

Qu'elle etait douce cette époque ou de Strasbourg on descendait avec nos copains a Buoux ; on se retrouvaient dans les bories au dessus des falaises, on découvrait les voies , il n'y avait que des Connaisseurs .. On savait qu'il était la..! On le cherchait En regardant les falaises .. Inconsciemment on était fier.. Il y avait de la musique qui montait du pré.. C'etait cool. On était content De grimper derriere lui , on se rendait compte de son talent Quand nous recommencions les voies ou il était passé On ne voulais pas l'embêter on savait qu'on aurais pu discuter avec lui Mais on respectait sa façon de vivre .. Je l'ai revu qq annees plus tard a Chamonix Avec Xavier Murillo que je sais a ses cotes maintenant Vous me manquez .. Je vous embrasse pierre
Patrick n’a pas touché que les jeunes générations, mais aussi les plus anciennes, la mienne +20 ans, celle du Grec + 40 ans qui a écrit la préface de son premier livre alors qu'il avait 25 ans, ‘Rock Games’, que nous avons regardé hier avec Sonia ainsi que la carte que Patrick lui avait envoyé pour l’en remercier et l’assurant de son admiration et que ce n’était pas du ‘cirage de pompes’. Et aussi bien au-delà : la première fois que j’ai vu le film ‘La vie au bout des doigts’ c’était une de ses premières sorties, lors d’un raout organisé par IBM à Bagatelle (Bois de Boulogne) pour quelques 600 de ses revendeurs hexagonaux. Travaillant chez un concurrent, j’y étais comme espion pour découvrir les ‘nouveautés’ d’IBM. En fait de nouveauté, j’ai été servi au-delà de toutes mes attentes. A un moment, dans une salle comble, mais confortable à la IBM, on annonce un film. Au bout de deux minutes le brouhaha des voix s’estompe et dès que l’on voit Patrick grimper en solo, le silence se fait pour devenir tel pendant toute la durée du film que l’on aurait entendu une mouche voler. A la fin du film, j’ai vécu cette scène extraordinaire : les 600 pékins, en costume-cravates sombres, moyenne d’âge 40-50 ans et sans doute moins de 1% de grimpeurs parmi eux, se sont tous levés et ont applaudi à tout rompre pendant une éternité. Même si La Callas avait été là, elle n’aurait pas été plus applaudie. Tous ces pékins ont été ‘scotchés’ comme jamais, et moi avec. Voici un extrait de la préface du Grec qui tout de suite avait compris, admiré et adoubé Patrick (tiré de son manuscrit, il y a peut-être quelques différences avec le texte publié lui-même) : « Je comprend l’alpinisme comme un art, comme la danse ou, si tu préfères, le violon. Parce que si tu es maître de la technique de l’escalade, tu peux exprimer tes sentiments, comme dans la musique ou la danse. Dans les passages difficiles, je m’abandonne complètement à la sensation de vivre dans la roche et que la roche vit en moi. » ‘Qui est l’auteur de ces phrases ? Puisque nous sommes avec ROCK GAMES, la question est à mille dollars. Alors ? Non, ce n’est pas un Briggs ou un Ferguson, ce n’est pas non plus Patrick Edlinger, mais Emilio Comici… Précurseur du ‘free’, du Star-system alpin, de l’escalade en falaise, premier solitaire dans le sixième degré, il est bien le pré-Patrick. Patrick, vous connaissez, la télé n’est-ce pas ? Les ‘mains nues’ bien sûr, encore que nous grimpeurs des années 50, ayons rarement utilisé les gants de boxe ; mais bien au-dessus de la pub, Patrick, c’est le charme, la recherche du style, de l’élégance du geste, et c’est ainsi qu’il est devenu le prince de l’escalade… Patrick n’a pas découvert l’Amérique, quelqu’un s’en était déjà occupé il y a 494 ans, mais les américains (grands chapeaux, Coca-Cola, american way, Las Vegas… Allez, on arrête !) ont découvert Patrick, et dans des voies où la tarte est rare, les 5.12, a, b, c, bc (pas de bg) et des 5.13 gratinés. Aujourd’hui on ajoute ‘à vue’ ou ‘risque de chute’ et là je souris car je n’ai jamais grimpé qu’à vue et avec des risques de chute qui ne me passionnaient pas énormément. Je pense cependant que nous sommes du même bord, quand on arrive en haut, on a soif, les mains sont douloureuses et les chaussons, même signés Patrick Edlinger, on les enlève avec plaisir… …Et je crois aussi que sur toutes les parois où je l’ai vu opérer, qu’elles soient hexagonales ou ‘made in USA’, ses gestes, pour moi, restent sculptés dans le ciel. Autrefois, seuls les mots pouvaient les évoquer, la photo a pris le relai et quand dans le viseur, il y a un regard attentif, passionné, fasciné, un regard qui vous dit Patrick, celui d’un magicien : Gérard Kosicki, on ne peut qu’admirer la magnificence des images et ‘image’ est un mot faible. Regardez, regardez, enivrez-vous, rêver de colonnes d’or patiné, sur des violets sombres et des pourpres somptueux (non ce n’est pas un coucher de soleil du Vatican, peut-être l’Utah, un soir), et pour rêver encore devant la merveilleuse union du charme et de l’audace : Nijinski, Comici, Manolete… Patrick !’ Georges Livanos. Merci Patrick !
Bonjour, Je suis de la même génération que Patrick.. j'ai toujours eu l'impression de "connaître" cet artiste, toujours ressenti le besoin d'aborder l'escalade et la transmettre aux autres (moi-même B.E) de la façon la plus "libre" possible. J'entends par "libre", la possibilité d'interprêter ses mouvements, sa voie, ses placements, sans se faire mal. La grimpe, c'est plus que grimper, c'est aussi et surtout "Danser", Voilà un homme qui a su "Danser sa vie, sa pratique", loin du pouvoir et de la cupidité mais d'une façon la plus proche possible de ce qu'il était.. sans tricher avec lui-même, ni se mentir.. Quelqu'un de simple et authentique, humble et généreux cela va sans dire.. au combien talentueux. Pas étonnant que Patrick se fut bien entendu avec Patrick Berrault.. De grands danseurs tous les deux.. et quels danseurs.. "avant-gardistes" de l'escalade..? oui réellements avant-gardistes, suis bien tenté de le dire ! j'en suis même certain..! Plutôt que dire au novice "mets ton pied là", le laisser d'abord découvrir, puis interprêter sa gestuelle en fonction de sa morphologie, sa perception, a toujours été pour moi aussi, une façon privilégiée de faire découvrir cette pratique. Ce grand homme aujourd'hui disparu (j'en ai du mal à écrire le mot..) produit aujourd'hui un incroyable "vide".. Je ne crois pas m'avancer en disant que bien des grimpeurs réalisent et réaliseront maintenant qu'il est parti, combien son image, sa présence étaient aussi présentes, dans l'esprit de chacun, avant, pendant et après nos "séances de grimpe".. ..Un vide.. c'est ce qu'il paraît en ce moment. Je suis cependant convaincu que ce "vide" se transformera au fil du temps en un "plein" de valeurs novatrices, approches pédagogiques nouvelles, des "savoirs composer" sa mélodie en "opéra vertical", pour enfin pouvoir faire évoluer les antiques "savoirs savants" encore trop présents du moins chez nous dans notre approche des pratiques en milieu spécifique. Un véritable courant de pensée: sagesse et réelle humilité, Beauté et humanité, authenticité et liberté. Enfin, tout comme la musique, la danse, la peinture, la sculpture.. Ce qui reste, c'est le talent. Alors c'est évident Il restera encore longtemps.. Dom
Bonjour, Je confirme que Patrick a donné à beaucoup d'entre nous l'envie de grimper. C'était ce qui m'a permis d'être plus impliqué en montagne. Ses paroles ont guidé ma jeune vie d'adolescent, plus tard et encore maintenant c'est en homme libre que j'aborde la vie. Je suis artisan, je ne grimpe plus mais son style de vie et sa liberté de vie guide mes pas et ma façon d'aborder la vie au quotidien. Ce n'est pas tous les jours facile mais la vie est un combat quotidien. Il va me manquer comme l'autre Patrick.... C'est triste !!! L'escalade, "la montagne est un lieu et un lien" Salut à tous, gardons à l'esprit le verre d'eau et le sandwich , l'humilité est une qualité en voie de disparition.. Bruno
Bel Hommage.

Publier un nouveau commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
  • Les adresses de pages web et de messagerie électronique sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • You may quote other posts using [quote] tags.

Plus d'informations sur les options de formatage

By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.