Gravir la face sud du fou, devenir fou.

La haut, l’Aiguille du Fou est un symbole de l’aventure verticale et sa face sud  un des plus gros challenge d’escalade existant. L’objectif d’une vie pourquoi pas ? 

Contraint à la migration dans la haine ou avec chance non entravé par l’existence, pour l’homme  le court voyage sur terre est une ascension figurée en quête de sens. Grimper des faces et fouler des sommets par le discernement et la juste valeur des choses qui nous obligent - puisque nos vie en dépendent - rend le parcours plus serein, vivant à souhait c’est déjà ca.

En Bas le Fou est l’homme qui se perd. Renvoyé de collision en peine et violence, comme une veille boule de flip’ de bumper en bumper jusqu’à la sortie fatale inévitable.

Empoisonné dans les villes du monde, les cités et les quartiers, loin du soleil, de la lumière et des étoiles, loin de l’eau et des forets, coincé entre le trafic des armes et des bagnoles, prisonnier du job et de tout ce qui se vend, asservi aux tyrans, au plus riches, aux plus bêtes et méchants, anesthésié par la connerie diffusée en boucle, abandonné par les dieux imaginaires de religions obsolètes, pliant sous l’effet de la pesanteur et la gravité, déjà tout jeune et sans éducation ni balise d’itinéraire montrant un chouette chemin, le fou est laissé pour compte de haine,. Seul !

Comme le Joker Dans Batman, il impressionne par sa folie. La peur malsaine qu’il engendre en nous est une alchimie infernale au delà du bien et de mal. L’homme fou perdu est dans cet état-joker, prêt à s’abattre comme la dernière carte d’une destruction en cours : l’humanité toute entière y est pour quelque chose et l’hypocrisie planétaire, à se voiler la face, fait peine à voir. 

La Haut, le Fou est encore à l’ombre du matin frais. Mes yeux, mon cœur et tout mon corps cherchent le soleil au dessus de la montagne comme l’homme se cherche un futur…Enfin la face s’illumine. Ce Fou là m’appelle, de sa grandeur existentielle, à m’élever libre... S’il pouvait en être de même, un jour, pour l’autre en bas…